Abdlakrim Bsili

Les plus grands défis des entrepreneurs

 

Lorsque j’ai vu le numéro de janvier du magazine Entrepreneur, j’étais ravi. La couverture comportait une accroche indiquant que des entrepreneurs avaient été interrogés et que leurs réponses se trouvaient à l’intérieur. J’étais certain qu’enfin, quelqu’un prêtait attention aux entrepreneurs qui s’efforçaient de faire prospérer leur entreprise. Il était temps d’entendre ce que nous, les petits, avions à dire !

Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai été surpris lorsque j’ai commencé à lire l’article. Leur idée d’un “entrepreneur” et la mienne étaient aussi différentes que le jour et la nuit. J’ai toujours considéré qu’un entrepreneur était quelqu’un comme le café “Mom and Pop” du coin de la rue, le marché de fruits et légumes familial de la ville, ou le jeune de 18 à 24 ans qui avait mis au point un “gadget” fantastique et qui avait été recruté par une société en tant que nouveau génie. Permettez-moi de vous citer un extrait de l’article qui vous donnera un aperçu de l’idée qu’il se fait d’un “entrepreneur”.

Pour expliquer la méthode utilisée pour l’enquête, ils déclarent : “Le magazine Entrepreneur et PricewaterhouseCoopers “Entrepreneurial Challenges Survey” est une enquête téléphonique annuelle menée auprès de plus de 300 PDG d’entreprises américaines privées reconnues pour leur croissance rapide et soutenue. Ces entreprises ont un chiffre d’affaires annuel moyen de 31,5 millions de dollars, emploient en moyenne 185 personnes et affichent un taux de croissance annuel continu de plus de 23 %……”

Ce n’est certainement pas l’image que je me faisais d’un entrepreneur. Je ne connais pas beaucoup d’entrepreneurs qui réalisent un chiffre d’affaires annuel moyen de 31,5 millions de dollars ou qui emploient 185 personnes. Pour moi, c’est une entreprise plutôt prospère en passe de devenir une société. Nous devrions tous être de tels entrepreneurs !

READ  Une lettre d'information en ligne

Quoi qu’il en soit, j’ai poursuivi ma lecture et je dois dire que l’information valait la peine d’être lue, et que la façon de faire des affaires peut s’appliquer à ceux d’entre nous qui ne font pas encore ces 31,5 millions de dollars par an. Voici ce que l’enquête a révélé.

Quels sont les défis les plus importants pour les entreprises en 2006 ?
– 73% – Retenir les travailleurs clés
– 38% – Développer de nouveaux produits/services
– 36 % – Expansion sur les marchés nationaux
– 35% – Augmentation de la productivité
– 28% – Mise à niveau technologique
– 23% – Création d’alliances commerciales
– 21% – Meilleure gestion de la trésorerie
– 14% – Expansion en dehors des États-Unis
– 13% – Amélioration de la gestion des risques
– 11% – Trouver un nouveau financement
– 11 % – Achat d’une autre société ou lancement d’une spin-off
– 7 % – Préparer l’entreprise à la vente
– 2 % – Entrée en bourse

Quand on y réfléchit, c’est à peu près ce à quoi la plupart des entrepreneurs pensent chaque année. Peut-être pas jusqu’à l’expansion sur les marchés étrangers ou le lancement d’une spin-off, mais pour que votre entreprise continue de progresser, tous les autres éléments sont pris en compte.

La partie suivante de l’enquête était intéressante car les entrepreneurs ont reçu une liste de plusieurs facteurs “imprévus” qui pourraient affecter les affaires en 2006. Lorsqu’on leur a demandé quels étaient les trois facteurs les plus néfastes pour leur entreprise, voici ce qu’ils ont répondu :
– 47% – L’instabilité de l’économie américaine
– 43% – L’augmentation des coûts des soins de santé
– 41% – Pénurie de travailleurs qualifiés
– 40% – Faible demande du marché
– 24% – L’augmentation des coûts du pétrole et de l’énergie
– 24% – Hausse des taux d’intérêt
– 22% – Nouvelles réglementations gouvernementales
– 18% – Faiblesse des dépenses d’investissement
– 14% – Affaiblissement de l’économie mondiale
– 12 % – Augmentation de la concurrence mondiale
– 11% – Diminution de l’accès aux capitaux
– 10 % – Chute soudaine du marché immobilier américain
– 10 % – Augmentation des impôts
– 9 % – Inflation

READ  5 questions pour vous aider à trouver votre but et votre bonheur dans la vie

Il se peut donc que mes entrepreneurs et les personnes interrogées ne soient pas si différents dans leur façon de penser. Les perspectives de la plupart des entrepreneurs sont probablement optimistes, ou le seront à moins que d’autres catastrophes imprévues ne surviennent.

Même après l’énorme dévastation du 11 septembre, nous avons retrouvé en deux trimestres le même niveau d’optimisme qu’auparavant. Les gens s’habituent à faire face à des circonstances difficiles et en tiennent compte, mais ne se laissent pas influencer par elles. Quand on y pense vraiment, n’est-ce pas ce que sont la plupart des entrepreneurs ?

Si ce n’est pas le cas, ce ne sont pas des entrepreneurs, à mon avis.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.